Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2010

L'Université du Havre projette le film "Océans de plastique"

universite du havre.jpgDans le cadre de la fête de la science 2010, le service culturel de l'université propose une soirée consacrée aux menaces sur la biodiversité marine suite à la pollution des océans par le plastique.

Au programme, la projection gratuite du film "Océans de plastique", de Sandrine Feydel, suivie d'une rencontre-débat avec des enseignants-chercheurs de l'université du Havre.

A découvrir jeudi 21 octobre à 19h30 à la Maison de l'Etudiant, 50 rue J-J Rousseau, Le Havre.

En savoir plus... Le film... Les océans sont en quelques décennies devenus des décharges. Nous y déversons 6 millions et demi de tonnes de déchets par an : 80% sont en plastique. Chaque kilomètre carré de mer ou d’océan sur la planète contient des milliers de bouts de plastique. Ces plastiques tuent et mutilent des milliers de mammifères et d’oiseaux marins chaque année. De la Méditerranée à la Mer du Nord, de l’Atlantique au Pacifique, du continent américain à l’Inde, des scientifiques alertent sur l’ampleur de la pollution. Aux Pays-Bas, un scientifique a découvert que 95% des fulmars – un oiseau commun du Nord de l’Europe – avaient du plastique dans l’estomac. Des microparticules de plastique sont retrouvées sur les plages du monde entier. Une zone d’accumulation des déchets a été récemment découverte en plein Pacifique, une « soupe » de plastique ingérée par les poissons et même le plancton, la base de toute la chaîne alimentaire. Ces plastiques libèrent dans l’environnement des produits chimiques, des perturbateurs endocriniens, dont on commence à peine à découvrir les effets sur les animaux et les hommes…

Ce film a reçu de nombreux prix dont : BEST ENVIRONMENTAL FILM 2009 : Festival International du Film Water, Seas & the Oceans de PRAGUE ; ERT3 (Greek Public Television) : BROADCASTING AWARD au Thessaloniki Documentary Festival 2010 ; Prix Scientifique au 3ème Festival International de la Mer et de ses environnements (FILMAR) d'Hendaye.

En savoir plus : Le débat... Rencontre-débat avec deux enseignants-chercheurs de l’université du Havre : Christophe Minier (professeur d’écotoxicologie, directeur du laboratoire LEMA). Son domaine de recherche est l’étude des modifications moléculaires, cellulaires et physiologiques induites chez les organismes aquatiques sous la pression de xénobiotiques de l’environnement. Deux thèmes sont privilégiés : celui du développement de la résistance aux toxiques et celui des perturbations du système endocrinien. Gaele Perret (maître de conférences en mécanique, spécialiste de l’hydrodynamique marine, membre du laboratoire LOMC). Elle interviendra notamment pour expliquer comment les résidus plastiques sont « transportés » par les courants marins.

 

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Révolte des syndicats contre les retraités ce soir au Havre

Salle René Cassin les syndicats ont violemment annulé ce soir une réunion publique sur la réforme des retraites.

Quelques dizaines de personnes sont venues assister et participer à la réunion publique organisée par Antoine Rufenacht, Jean-Yves Besselat, Patrice Gelard et Edouard Philippe. Vingt minutes avant que celle-ci ne commence, une centaine de manifestants ont envahi les lieux, banderoles CGT, FSU, Solidaires, NPA, et porte-voix à la main. Les présents à la réunion, sympathisants de l'UMP ou habitants du quartier, ont été photographiés l'un après l'autre par un syndicaliste, alors que l'Internationale était chantée avec force et qu'un autre se chargeait de filmer les "salauds assis".

Entre dégradation de matériel municipal et insultes gratuites. Le but n'était visiblement pas de débattre avec le député présent, Jean-Yves Besselat. Le cable du micro de l'élu a en effet été rapidement sectionné, alors qu'il lui était demandé de s'expliquer sur la réforme.

Le parterre des auditeurs étant majoritairement composé de personnes retraitées ou en passe de l'être, ils se sont entendus crier "Ce tas de pognon, ça peut crever la bouche ouverte", "les responsables c'est vous !" et autres "Retourne avec ta bourgeoise, connard", alors que l'un d'entre eux quittait les lieux. Parmi les assis, un retraité du quartier m'a indiqué "Je me fais insulter alors que j'ai à peine mille euros par mois."

Agathe Cahierre, première adjointe au maire, exacerbée par les cris des manifestants, a quitté les lieux et tenté de discuter avec quelques-uns d'entre eux à l'extérieur. Elle a du rapidement partir, alors que l'un d'entre eux lui criait "les 3 millions 4 de chômeurs c'est votre faute."

Tandis que la salle se vidait, un grand "Bon bah voilà on a gagné." était lancé...

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook | | |

08/10/2010

La Seine-Maritime en tête de l'entraînement sportif français

Lancée en janvier 2009, l’idée de faire de la Seine-Maritime un tremplin pour les jeux va devenir une réalité.

Mercredi 13 octobre prochain le Département va procéder à la signature du Contrat de collaboration pour l’accueil d’athlètes internationaux dans le cadre de solidarité olympique, en présence de Denis Masseglia, Président du Comité National Olympique et Sportif Français et de Marcel Clet, Président du Comité Départemental Olympique et Sportif.

Quatre parrains seront présents : Danny Rodrigues, Brigitte Duboc, Florian Merrien, Ydrissa M’Barke.

La Seine-Maritime va de ce fait devenir l’unique centre d’entraînement solidaire pour 25 sportifs internationaux de France et une structure d’accueil adaptée et ouverte aux autres délégations sportives.

Source : Département de Seine-Maritime.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Le Département de Seine-Maritime place l'Etat devant ses responsabilités

Le Département de Seine-Maritime est décidé à obtenir de l’Etat la juste compensation due au titre des extensions de compétence en matière d’aides sociales, principalement le RSA et l’APA.

IMG_7936.JPG

Depuis plusieurs années, le Département de Seine-Maritime alerte le gouvernement sur le montant des transferts de charges non compensés et le compteur de la dette de l’Etat tourne toujours.

Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime, est décidé à obtenir de l’Etat la juste compensation due au titre des extensions de compétence en matière d’aides sociales, principalement le RSA et l’APA. Avec les élus de sa majorité, il s’est rendu hier au greffe du tribunal administratif pour déposer un recours contentieux devant la juridiction administrative et remettre en mains propres le mémoire juridique du Département réclamant remboursement des 263 M€ non compensés par l’Etat.

Pour les deux transferts de l’APA et du RSA, il est clair que les modalités de compensation sont manifestement insuffisantes : en ce qui concerne le RSA, la compensation calculée sur le seul montant des dépenses effectuées en 2003 est en inadéquation avec l’évolution économique et sociale connue par la France actuellement et pour l’APA, la compensation de l’Etat est en baisse constante et ne couvre que 27% en moyenne des dépenses.

De ce fait, l’absence de compensation financière véritable porte atteinte aux principes reconnus en faveur des collectivités locales : la libre administration et l’autonomie des collectivités. En juin dernier, Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime a demandé au Préfet de procéder au paiement des sommes dues au Département, soit 263 103 707 € au 31 décembre 2009 : 175 747 122€ au titre de l’APA de 2002 à 2009 et 87 356 585€ au titre du RMI puis du RSA pour 2004 - 2009. Le Préfet y a répondu par la négative. La procédure continue donc devant la juridiction administrative pour faire annuler cette décision.

En parallèle, Didier Marie, comme ses collègues de la majorité de l’Assemblée des Départements de France, a écrit au Premier ministre pour qu’il procède aux modifications qui s’imposent pour assurer le respect du principe de libre administration des départements selon l’article 9.2 "les ressources financières des collectivités locales doivent être proportionnées aux compétences prévues par la constitution ou la loi".

Photo et Communiqué de Presse du Département de la Seine-Maritime.

 

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

03/10/2010

Plus de 30 000 personnes contre la réforme des retraite au Havre

DSC02239.JPGAprès l'Hôtel de Police flambant neuf, c'était cette fois Pasino du Havre de faire l'objet d'une attaque en règle.

Le cortège était particulièrement coloré, syndicats, partis, associations et parapluies déployant leurs multiples couleurs. Avec cette fois un départ devant le Printemps, afin d'éviter toutes les artères en travaux.

Arrivés devant le Pasino, des manifestants ont fait monter l'ambiance d'un DSC02246.JPGcran. Objectif : redécorer à leur façon la façade, avec des affiches de la CGT. Au menu, jets d'oeufs, d'épluchures de légumes, de boîtes de choux de Bruxelles à peine ouvertes, de tomates et de pétards. Pétards également lancés au milieu des voitures stationnées sur le parvis du casino.

Interrogé, le Directeur du Pasino indique juste son "étonnement" sur le fait que l'on s'en prenne à son établissement. "Ce n'était pas méchant, mais c'est dommage qu'il y ait dégradation, même si c'était somme toute sans réelle violence."

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

02/10/2010

Roselyne Bachelot au Havre

Elus locaux et nationaux seront présents le 11 octobre au Havre, à l'occasion de la pose de la première pierre du Grand Stade.

grand stade le havre.jpg

La Ministre des Sports sera donc présente, aux côtés des Présidents de Région, de Département et de la CODAH, tous financeurs du projet.

La cérémonie aura lieu lundi 11 octobre 2010, à 16h00.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les Jeunes de l'UMP dénoncent le blocage du Port du Havre

Jean-Pierre Héranval, Secrétaire national des Jeunes Populaires et Conseiller municipal d'Harfleur et Augustin Boeuf, Responsable départemental adjoint du mouvement des jeunes de l'UMP, dénoncent dans un communiqué les grèves qui ont cours actuellement sur le Grand Port Maritime du Havre.

jeunes pop.jpg"La grève sur le port du Havre continue et s’est même intensifiée aujourd’hui. Ces perturbations ne peuvent plus continuer, la perte d’activité pour l’économie havraise est bien trop importante.

En effet, alors que le Président de la République est le premier depuis Colbert à mener une véritable politique maritime en France, alors qu’il a annoncé que le port du Havre devait être à la pointe de l’activité portuaire française, alors que la réforme des ports a été votée il y maintenant près de deux ans ; les syndicats et notamment la CGT continuent leur travail de sabordage des efforts menés par la majorité nationale et la municipalité d’Antoine Rufenacht.

Alors qu’ils s’érigent en défenseurs des dockers, grutiers et autres employés du port du Havre, les grévistes sont en fait les fossoyeurs de la reprise de l’activité portuaire havraise. Ce sont les ports belges, néerlandais et allemands qui les remercient. Il est temps que cela cesse ! "

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

29/09/2010

Le Parti Socialiste havrais au secours des Collectivités territoriales

Au lendemain du vote à l'Assemblée Nationale, le Parti Socialiste du Havre s'indigne d'une loi qu'elle juge "dangereuse".

DSC02158.JPGLe dossier aurait pu passer inaperçu, entre la réforme des retraites et la loi sur l'immigration. C'est en tout cas, pour Laurent Logiou, l'objectif du Gouvernement.

Selon Matthieu Brasse, la réforme, qui doit encore être votée au Sénat, pose plusieurs problèmes. D'abord, les Conseillers Territoriaux élus en 2014 remplaceront les Conseillers Généraux (élus aux Cantonales, siégeant au Département) et les Conseillers Régionaux (élus aux Régionales). Si cela semble permettre des économies, cela "éloignera les élus du terrain" : ils seront surchargés de travail et deviendront des bureaucrates sans contact avec les citoyens. Pire, "cela coûtera plus cher" : si les élus actuels ont une activité professionnelle qui les font vivre, cela sera impossible ; le poste deviendra "purement politique", avec un salaire lié à une activité à temps plein. Deuxième effet de la réforme : la perte de liberté des élus. "Les missions sont définies par la Loi et limitées". Pour finir, "Il y aura la limitation des financements croisés. Les projets ne pourront plus être financés à plus de 30%."

Ce qui signifie concrètement, ajoute le Secrétaire de Section du Parti Socialiste, qu'il y aura "moins de subventions aux associations sportives, culturelles, moins d'argent également pour les bailleurs sociaux. Ce sera aussi la mise en cause de projets communaux. Un coup de massue aux citoyens."

Afin d'expliquer leurs inquiétudes, Laurent Logiou cite la SNSM du Havre, qui vient d'acquérir une vedette d'un coût de 860 000 euros. "Du matériel de professionnels pour les sauveteurs. Sans les subventions du Département et de la Région, les cotisations des adhérents n'auraient pas suffi. Avec la nouvelle Loi, cet achat indispensable devient impossible. C'est pareil avec le Grand Stade, financé à hauteur de 10 millions par le Département et de 20 millions par la Région." Il ajoute que les problèmes de finance seront connus également pour les hôpitaux par exemple et par extension "à tous les particuliers."

Gérard Heuzé souligne que cette Loi "n'est pas une affaire d'élus. C'est une affaire qui nous concerte tous dans tous les domaines." Ainsi, les logements sociaux eux-aussi seraient concernés. "L'Etat se désengage ; le Département et la Région ne pourront plus cofinancer les projets. Il faudrait, pour continuer d'en construire, augmenter les loyers, mais l'Etat le limite également."

Par contre, ajoute Catherine Troallic, "l'Etat continuera les financements croisés. Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais !"

Dernière conséquence de la réforme, relevée par Najwa El Aïté : "la casse de la Parité." Pour elle, "le scrutin uninominal majoritaire à deux tours fera disparaître la parité hommes - femmes."

En Haute-Normandie, les Départements de Seine-Maritime et de l'Eure et la Région coopèrent déjà, par exemple pour les demandes de subventions. L'objectif rejoint celui que l'Etat affiche avec la réforme des collectivités territoriales : une baisse des coûts.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/09/2010

Nicolas Sarkozy, Dmitri Medvedev et Angela Merkel, à Deauville en octobre

Le Président Français recevra le Président de la Fédération de Russie et la Chancelière de la République fédérale d'Allemagne dans la cité normande les 18 et 19 octobre 2010.

Cette rencontre aura lieu à quelques semaines du Sommet du G20 de Séoul.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/09/2010

Les luttes intestines continuent au Front National de Seine-Maritime

Du rififi (encore et toujours) au Front National de Seine-Maritime.

DSC03674.JPGBruno Gollnish, s'il a le droit d'être candidat face à Marine Le Pen, aux élections internes du parti, il n'a en tout cas pas le droit de gagner...

Ainsi, Christelle Saulière, élue frontiste au Conseil Régional, a été "démissionnée" du parti en avril dernier (voir article) parce qu'elle soutenait Bruno Gollnish.

Le FN refuse maintenant des adhérents, au motif que ces derniers feraient une vilaine "tentative d'entrisme", destinée à "voter pour Gollnish" à la demande express de Carl Lang, un autre ancien FN qui s'est essayé sans réussite à la tête d'un autre parti d'extrême droite, le PDF (Parti De France, à priori rien à voir avec le format de fichiers électroniques, un peu comme le PDG n'a pas grand chose à voir avec le MEDEF).

Ce qui est bien avec le FN, c'est que quand ils ont un différent, ils l'affichent publiquement, noms à l'appui... Marie-Claude Joly, par exemple, se retrouve présentée comme la gentille fifille à Carl, qui balance tout sur son patron quand on l'appelle, sur le site départemental du FN 76 (à retrouver ici...).

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/09/2010

Le Nouveau Centre se renforce au Havre

Marc Migraine, Bruno Bequet et Luc Lefèvre, tous trois d'anciens membres du Modem, ont annoncé aujourd'hui leur ralliement au Nouveau Centre.

DSC01871.JPGMarc Migraine, Adjoint au maire du Havre en charge du Commerce et des Nouvelles Technologie, explique sa rupture d'avec le Modem en septembre 2009 : "Le Modem n'est plus qu'une composante de la gauche plurielle, dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas."

Leur adhésion au Nouveau Centre s'explique "par ses valeurs : l'Europe, la décentralisation en passant par la suppression du Département et le mariage des deux Normandie, l'efficacité et la générosité sociale, en limitant la spéculation boursière et en ayant un Gouvernement avec un budget équilibré."

Echéances électorales. Hervé Morin va quitter la Région à la fin de ce mois. Il devrait également quitter le Gouvernement, mais le remaniement a été reporté. "Il quittera dans tous les cas le Gouvernement au prochain remaniement." Il est le "candidat légitime" du Nouveau Centre pour la Présidentielle de 2012. Le NC réalise dès à présent "un cahier d'idées au plan local pour proposer un programme. C'est ce que nous faisons dans tous les départements de France." Aux élections cantonales, Hubert Dejean de la Batie souhaite qu'il n'y ait "pas de candidat Nouveau Centre face à un candidat de la majorité présidentielle." Dans les cantons où siège la gauche, "des solutions d'entente seront prises avec l'UMP." Marc Migraine et Luc Lefèvre ne seront d'ailleurs pas candidats à ces élections ; les candidats NC seront dévoilés fin octobre.

Questions nationales. Plus question pour le Nouveau Centre d'être membre de ce Gouvernement : "Sarkozy propose, sur le dossier des Roms comme sur d'autres, des mesures populistes et inefficaces." Pour Hubert Dejean de la Batie, maire adjoint de Sainte-Adresse, il y a une "stigmatisation violente de la communauté des gens du voyage. La réponse française n'est pas la bonne. L'Europe peut apporter des solutions aux problèmes liés aux gens du voyage." Parmi les désaccords avec le Gouvernement : les dépenses liées aux déplacements des Ministres. "Michèle Alliot-Marie vient en train au Havre, c'est super, ça va dans le sens du développement durable. Mais voilà, à la gare, il y a 42 CRS qui l'attendent."

L'alliance Villepin / Nicolas Dupont-Aignan / Hervé Morin. Hubert Dejean de la Batie est clair : "C'est une alliance improbable et incapable de fonctionner. Nous sommes sur des valeurs européennes, pas Villepin et Dupont-Aignan." Pour Luc Lefèvre, Villepin est un "Bonapartiste flamboyant", qui "n'a rien fait en son temps."

Le Havre. "Rufenacht a mis en place une dynamique pour la ville. Je ne prendrai jamais le risque de la casser." Bruno Bequet balaie d'un revers la question de possibles désaccords politiques dans la majorité municipale : "Au sein de l'équipe il n'y a pas de parti."

Le Grand Paris. Pour Marc Migraine, "il faut plus considérer la Normandie que simplement Le Havre. Il faut un projet Normand, avec les Rouennais par exemple pour la gare SNCF. Comme le dit Jacques Attali, 'Réunissez-vous, travaillez ensemble.' Il est nécessaire d'associer les Caennais, de travailler avec les Rouennais, pour porter nos paroles au Gouvernement."

La Réforme des retraites. "Sur la retraite, la gauche et la droite devraient s'accorder. Il n'y a plus d'argent. Si on ne fait rien, en 2015 on est la Grèce. Il faut se rappeler qu'au début, Martine Aubry était favorable pour la retraite à 62 ans."

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

21/09/2010

La Journée internationale de la Paix au Havre

DSC00392.JPGLa Journée internationale de la Paix a lieu chaque année le 21 septembre.

Au Havre, un rassemblement a lieu à 18h00 sur le parvis de l'Hôtel de Ville, au monument de "l'Oiseau Blessé", à l'appel du Mouvement de la Paix, de Femmes Solidaires, de l'AHSETI, d'ATTAC, de la Ligue des Droits de l'Homme, de l'Association France Palestine Solidarité, de la CGT, en présence d'Amnesty International et avec la participation des Josettes Rouges.

Photo : Copyright Alexandre Cauchois.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/09/2010

Les manifestations se poursuivent contre les conditions d'accueil des immigrés.

Les manifestations se succèdent, semaine après semaine, au Havre.

DSC01857.JPGCe jeudi, comme chaque 3ème jeudi du mois depuis près d'un an, des Havrais se sont retrouvés en un "Cercle de silence", pendant une heure, à proximité de l'Espace Coty. Le but affiché : "dénoncer des pratiques qui bafouent la dignité de l'être humain", en un silence pesant et sous le regard parfois réprobateur des passants. Mais ils conservent la bouche fermée sous les quelques "Dehors les étrangers" ou "M'en fous je vote Front National" lancés d'un pas pressé.

Une action soutenue par de nombreuses associations, religions, syndicats et partis politiques : Action Catholique Ouvrière, Amnesty International, Armée du Salut, Association havraise solidarité échanges avec les immigrés, Attac, Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, Communauté Chemin neuf, Communauté Emmaüs, Communauté Mission de France, Eglise réformée, Entraide protestante, Femmes solidaires, Franciscains, Ligue des Droits de l'Homme, Mission de la mer, Mouvement de la DSC01854.JPGPaix, Parti Communiste, Parti Socialiste, Pastorale des Migrants, Réseau Education Sans Frontières, Secours Catholique, Union Locale CFDT.

D'autre part, lundi 27 septembre sera votée la "Loi Besson". Au même instant au Havre un rassemblement avec prise de parole sera réalisé devant la Sous-Préfecture, de midi à 13h00, à l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme.

Une actualité JeVisAuHavre.com.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/09/2010

Les prochaines actions "contre la réforme des retraites" au Havre

L'intersyndicale havraise a décidé, suite à la manifestation du 7 septembre et aux réponses du Gouvernement, de prolonger son action.

intersyndicale.JPGLa semaine prochaine sont annoncées de nouvelles opérations, parmi lesquelles une opération coup de poing au siège du Médef du Havre (lundi 13 septembre, de 11h00 à 13h00) et le "blocage de l'économie havraise", au niveau des industries (raffinerie et zone industrielle).

La prochaine manifestation nationale aura lieu quant à elle jeudi 23 septembre. La SNCF a dores et déjà reçu le préavis de grève des cheminots CGT, Unsa, Sud et CFDT.

Photo : Intersyndicale, cortège du 7 septembre au Havre. Copyright Alexandre Cauchois.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/09/2010

Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime : "RSA jeunes, la fausse bonne idée du gouvernement"

Alors que le ministre de la Jeunesse, Roselyne Bachelot, va rencontrer les partenaires sociaux pour tirer le bilan du plan "Agir pour la jeunesse", Didier Marie dénonce ce qu'il appelle "la fausse bonne idée du gouvernement.

departement76.jpg"Les jeunes sont les premières victimes du chômage et la Seine-Maritime n’est pas épargnée avec 16 282 jeunes concernés en mai 2010. A ce fléau s’ajoute la précarisation de l’emploi (temps partiels, CDD, intérim). En septembre dernier, Nicolas Sarkozy annonçait à Avignon un plan de 460 M€ pour la jeunesse avec comme principale mesure, la mise en place d’un "RSA jeunes", au 1er septembre 2010.

Seulement on assiste là encore à une vérité bien terne si on se remémore les promesses du gouvernement. Selon l'Elysée, 160.000 jeunes devaient être concernés à terme pour un coût en année pleine de 250 M€. En réalité, cette cible était surestimée et n’était qu’un leurre. Leurre d’ailleurs déjà dénoncé par Martin Hirsch. En effet, le gouvernement n’a inscrit que 20 M€ pour verser la prestation entre octobre et décembre. D’aucun pense que cette somme ne pourra permettre de verser l’allocation qu’à moins de 15.000 personnes. Et à ce jour, il n’y a pas de ligne budgétaire spécifique pour financer le RSA jeunes.

Pour toutes ces raisons, je considère que le "RSA Jeunes" est la fausse bonne idée du gouvernement. Il ne s’adresse pas aux jeunes sans activité ni aux jeunes étudiants salariés. Bref, ce « RSA jeunes » pose tellement de conditions restrictives (2 ans à temps complet de travail dans les 3 dernières années avant la demande, périodes de chômage non comptabilisées, etc.) qu’il ne concernera qu’un tout petit nombre de jeunes. Le résultat est sans appel : pour notre Département, la cible était estimée à près de 3 200 jeunes. Au final, il n’y aura que 350 bénéficiaires du RSA jeunes !"

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |