Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2009

Interview : le Comité havrais des Objecteurs de Croissance

Peut-être avez-vous, comme nous, rencontré les Objecteurs de Croissance, lors de la manifestation du 19 mars 2009 au Havre ?

Objecteurs de Croissance et Renault.JPGIls ont accepté de répondre à quelques questions, qui vous permettront de mieux les connaître. Entretien avec Stéphane Madelaine, membre du Comité Havrais des Objecteurs de Croissance (ChOC) et du Parti Pour La Décroissance (PPLD).

JeVisAuHavre : Suite à votre présence remarquée à la grève générale du 19 mars, nous avons souhaité en savoir plus sur la "décroissance". Sur votre site havrais, vous écrivez : "Un jour, il faudra reconnaître que le seul système qui soit vraiment efficace dans une société de croissance, c'est le capitalisme. Or, ce capitalisme nous mène droit dans le mur. Ce qui signifie que tous les partis dits de gauche qui gardent cet objectif de croissance nous mènent droit dans le mur aussi. En effet, ils ne font que de simples arrangements avec le capitalisme... Ils sont de droite." Vous vous positionnez donc très à gauche ; pourquoi ne pas agir avec des "gros" partis ou mouvances (LO, NPA, anarchistes peut-être) ?

Stéphane Madelaine : J’ai écrit cette phrase dans prendre la précaution de définir ma propre définition du clivage gauche-droite ; c’était probablement quand j’estimais que mon site n’était visité que par ma grand-mère et ma mère (rires). Cette petite provocation a quand même du sens. La Décroissance se place bien au-dessus de tout cela. Ce clivage gauche-droite semble aujourd’hui dépassé dans ce contexte de crise anthropologique, c'est-à-dire économique, financière, énergétique, écologique, sociale et culturelle.  Nous nous interrogeons toujours quant à la définition d’« être de gauche ». En revanche nous restons extrêmement vigilants face aux tentatives de récupération par l’extrême droite. Le PPLD, bien que composé de personnes venant d’une culture de gauche, souhaite transcender le clivage gauche-droite et rassembler autour de ses valeurs fondamentales que sont l'anticapitalisme, l'antiproductivisme et donc l'anticonsumérisme, tout en ne s’interdisant aucune discussion avec d’autres  partis (certains membres du PPLD ont des contacts avec des militants du MODEM). Le PPLD a récemment rencontré le NPA et le Parti-de-Gauche*. Le PPLD souhaite rassembler des personnes en quête de sens.

JeVisAuHavre : Produire moins ne signifie-t-il pas plus de chômage ?andré gorz.jpg
 
Stéphane Madelaine : Entre 1980 et 2005, le PIB corrigé à augmenté de 80% alors que le taux de chômage n’a pas baissé : l’augmentation de la production ne permet pas de réduire le chômage. Le chômage est inhérent aux systèmes capitalistes. Le chômage est nécessaire que pour les employés acceptent de produire tout et n’importe quoi dans n’importe quelles conditions. André Gorz a très bien décrit ce principe**. On prend le problème dans le mauvais sens. On ne devrait pas produire pour créer de l’emploi, mais répartir les activités en fonction des besoins de productions. Je n’ai pas vraiment l’impression que tout ce qui est actuellement produit réponde à de réels besoins... si ce n’est d’augmenter le PIB... donc la production. Il faut repenser sérieusement les besoins de la société pour ne plus tomber dans les travers du « produire pour produire, peu importe quoi ». De plus, la production ne peut plus continuer à croître exponentiellement sans que l’humanité ne soit prochainement confrontée à une catastrophe écologique. Pour toutes ces raisons, il devient urgent de déconnecter la valeur travail, chère à Adam Smith, de la notion de revenus. Il faut repenser totalement nos notions d’activités, d’échanges, de productions et de distributions ainsi que leurs interactions. Ci-dessous, plusieurs axes d’actions permettraient d’y parvenir :
- Un accès aux ressources universel et inconditionnel (appelé aussi RUI)
- couplé à un revenu maximum autorisé (RMA) 
- Un débat démocratique sur la mise en place de la gratuité ou quasi-gratuité du "bon-usage" et sur le renchérissement du "mésusage" ; par exemple pourquoi payer le même prix l’eau que l’on boit que celle qui remplie nos piscines ?***

JeVisAuHavre : Qu'est-ce que le Parti Pour La Décroissance a de nouveau à apporter ?

Stéphane Madelaine : Le PPLD est le seul parti à ce jour qui remet profondément en cause la société de croissance. Seule cette remise en cause est à même de proposer un projet permettant de sortir des crises environnementales, sociales, économiques, culturelles et politiques causées par le dogme de la croissance. Il s’agit de la mise en place d’un nouveau paradigme, d’un nouveau projet de société soutenable (questions écologiques) et souhaitables (questions culturelles et sociales).

JeVisAuHavre : Est-ce qu'une révolution (armée, par définition) est nécessaire pour vous ?

Stéphane Madelaine : Le lien entre « révolution » et « violence » ne me parait pas si implicite****. A supposer que la question porte sur les risques de guerres ; on peut craindre que si nos sociétés n’opèrent pas leur révolution maintenant, les guerres, pour l’accès au ressources et aux territoires notamment, vont se multiplier. « Décroissance ou barbarie » est le titre d’un essai de Paul Ariès. Il prend corps dans le concrêt. Les citoyens choisiront entre Récession subie et Décroissance choisie. Il n’est pas question d’imposer le deuxième choix autoritairement. S’ils choisissent la première hypothèse, ils s’exposent à des guerres. La Décroissance a vocation à être démocratique.

JeVisAuHavre : Présenterez-vous aux élections Européennes et Régionales des candidats au nom du PPLD ou en commun avec d'autre partis ?

Stéphane Madelaine : Le Parti Pour La Décroissance, associé à des membres du Mouvement des Objecteur de Croissance, lance sa campagne Européenne le samedi 25 avril à Paris.***** La présence de listes est importante dans la campagne officielle car elles permettront de mettre en débat publique et médiatique les valeurs de la Décroissance. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de lancer un mouvement politique sur le long terme.

JeVisAuHavre : Merci pour ces quelques informations.

Stéphane Madelaine a souhaité ajouter à ses affirmations un ensemble d'informations sur Internet, que vous pouvez ici retrouver :

* voir http://www.partipourladecroissance.net/?cat=1.

** voir http://ecorev.org/spip.php?article641.

*** voir http://www.partipourladecroissance.net/?p=1374.

**** voir http://www.cnrtl.fr/definition/r%C3%A9volution.

***** voir http://www.partipourladecroissance.net/?p=1354.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/03/2009

Barack Obama en Normandie

obama sarkozy.jpgAinsi que nous vous l'annoncions il y a deux semaines (voir article), Barack Obama sera à Caen le 6 juin 2009, pour l'anniversaire du Débarquement.

Les spéculations allaient bon train sur la date de sa venue et sur ses relations avec le président Français Nicolas Sarkozy. En effet, il devait au départ venir en Basse-Normandie le 3 avril, mais le journal Le Monde nous apprend que "le président américain ne pouvait pas se rendre sur les plages du Débarquement en Normandie la semaine prochaine pour des raisons de calendrier." Tout va donc bien à priori entre les deux chefs d'Etat, qui se sont parlés ce mercredi 25 mars au téléphone pour évoquer la crise.

Photo : 20minutes.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

22/03/2009

Nouvelle campagne choc du Front National

front national jean jaures louis aliot.jpgJean Jaurès est depuis toujours une référence de la gauche. Après Nicolas Sarkozy, c'est au tour d'un candidat du Front National, Louis Aliot, de se l'accaparer.

"Jaurès aurait voté Front National". Tel est la nouvelle affiche que certains ont pu voir collée sur des murs, à la veille du 150ème anniversaire de la mort du socialiste. Un slogan étonnant, au vu des luttes de l'ancien député de la IIIème République.

En effet, Jean Jaurès, qui était député socialiste a milité :

- contre les "lois scélérates", c'est à dire contre des lois qui réprimaient le mouvement anarchiste, auteur d'attentats, par des sanctions lourdes. Le FN prône quant à lui la peine de mort pour ce genre d'exactions.

- pour la reconnaissance de l'innocence de Dreyfus.

- pour la création du Parti Socialiste français. Il en était d'ailleurs le porte-parole à l'Assemblée Nationale.

- en créant le journal L'Humanité, qu'il dirigea jusqu'à sa mort.

- en dirigeant la SFIO avec le marxiste Jules Guesde.

- en luttant contre les guerres et la montée du nationalisme.

S'il a déclaré "A celui qui n'a plus rien, la Patrie est son seul bien", Jean Jaurès était loin d'être le nationaliste que le candidat frontiste à l'élection Européenne veut y voir.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/03/2009

Le PS investit les kebabs

najwa confaits kebab citoyen.jpgL'initiative de Najwa Confaits, candidate socialiste dans la huitième circonscription de Seine-Maritime (Le Havre ville haute), aux élections législatives, fait des émules.

Elle avait en effet mis en place les "kebab citoyen" lors de cette campagne. Nous apprenons que cette idée a fait son chemin, puisque le Parti Socialiste a décidé de mettre en place au niveau national cette idée. Le "kebab débat" permettra, selon les initiateurs de cette mesure, de trouver des propositions en faveur du logement et de la politique de la ville.

Le choix du kebab plutôt que les cafés s'explique, selon la direction du PS, parce qu'il "n'y a pas beaucoup de café mais il y a beaucoup de kebabs au pied des immeubles."

Photo : kebab citoyen.

Photo : manifestation du 19 mars 2009.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Le PS havrais fait ses propositions

Le Parti Socialiste du Havre a rédigé un communiqué de presse, dont voici les termes.

Parti Socialiste.JPG"Crise économique et sociale au Havre : le Parti Socialiste propose :

La direction de Total a annoncé la suppression d’emplois dans l’ensemble du groupe. La région havraise est particulièrement touchée par l’annonce de ce plan : c’est près de 400 postes qui vont être supprimés, sans oublier les emplois induits ; intérimaires et sous-traitants. (Le nombre d’intérimaires a déjà drastiquement diminué et on sait qu’un emploi induit 4 à 5 emplois chez les sous-traitants). Cette décision est dramatique pour l’agglomération havraise, déjà durement touchée par la crise de la filière automobile.

La droite gouvernementale et locale fait preuve d’une « léthargie béate » au regard des 14 milliards d’euros de bénéfices annoncés par ce groupe pour l’année 2008. Elle ne peut plus se contenter d’aider des grands groupes industriels sans contrepartie. Cela a déjà été le cas avec Renault et PSA : 3 milliards d’euros chacun, sans aucune condition pour la sauvegarde de l’emploi ou l’avenir de ces sites ?

Le maire du Havre se réjouit que Total investisse 800 millions d’euros « qui devraient créer près de 1000 emplois sur la région havraise et seraient porteurs d’avenir ». Tout d’abord, lorsque l’on utilise le conditionnel et qu’un rendez-vous est demandé pour confirmer, cela n’est pas signe de sérénité ! Ensuite, nous avons la sensation que la seule politique en cours face à ces successions de mauvaises nouvelles soit « une politique de l’autruche » en attendant que le vent passe.

Le Parti Socialiste et ses élus locaux demandent aux dirigeants de la Ville du Havre et de son agglomération, au premier rang desquels le président de la communauté d’agglomération du Havre de prendre des mesures immédiates et concrètes afin de redynamiser le bassin d’emploi de la région havraise :

- Organiser des états généraux de l’emploi sur l’agglomération du Havre réunissant l’ensemble des forces vives : syndicats, entreprises, CCI, maison de l’emploi et élus locaux.
- Redéfinir les objectifs de l’industrie havraise en se positionnant sur des projets d’avenir comme le développement durable.
- Exiger le remboursement des aides de la CODAH aux entreprises lorsqu’elles se livrent par la sui-te à des destructions d’emplois.
- Revenir sur les décisions inopportunes de la Mairie du Havre d’augmenter les impôts locaux et le prix du stationnement payant (au regard du pouvoir d’achat des Havrais et du chômage en forte hausse).

Matthieu Brasse (Secrétaire de Section), Laurent LOGIOU (Vice-président du Conseil Régional de Haute-Normandie,, Président du groupe municipal Socialiste-Radical-Verts), Gérard HEUZE (Conseiller général de Seine-Maritime), Jean-Louis ARGENTIN (Conseiller régional de Haute-Normandie), Claudine LELIEVRE (Conseillère régionale de Haute-Normandie), Najwa CONFAITS (Conseillère municipale de la ville du Havre), Catherine TROALLIC (Conseillère municipale de la ville du Havre)."

Photo : manifestation du 19 mars 2009. Copyright.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

19/03/2009

Les machines à voter continuent de poser problème

La Cour Constitutionnelle allemande déclare illégal le système de scrutin automatisé.

Alors que Le Havre s'est ennorgueilli d'être parmi les meneurs français quant à l'utilisation de la machine à voter, l'Allemagne vient d'interdire ce système pour toutes ses futures élections. Ainsi, les élections européennes du 7 juin 2009 retrouveront-elles le bon vieux bulletin de vote en papier. Un grand pas en arrière pour les quelques 2 millions d'électeurs allemands, qui avaient déjà testé le système en 2005.

En France, même si le débat perdure, aucune mesure n'interdit encore l'utilisation de ces machines, jugées pourtant assez aisément "trucables". Le maire du Havre, Antoine Rufenacht, a toujours considéré ce système comme étant suffisamment fiable. Elles auront donc encore cours pour les prochaines élections.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/03/2009

Les adhérents à l'UMP votent pour leur chef de file aux régionales de 2010

La démocratie à la mode UMP, c'est la possibilité offerte à tous les adhérents de voter... pour l'unique candidat en lice.

Cela devient une habitude : pour la Présidentielle, Michèle Alliot-Marie et Dominique de Villepin avaient été invités à se faire oublier. Le choix du candidat à l'élection était donc facile pour les adhérents du premier parti de France : Nicolas Sarkozy ou... Nicolas Sarkozy.

La formule semble avoir bien pris en Haute-Normandie, puisqu'actuellement et jusqu'à dimanche 22 mars les cotisants peuvent voter pour leur candidat préféré, celui qui sera la tête de liste aux élections régionales de 2010. Le choix offert est simple pour notre région : Bruno Le Maire ou... Bruno Le Maire (député de l'Eure et secrétaire d'Etat en charge des affaires européennes).

Cette forme de démocratie toute particulière est également en cours dans d'autres régions, rassurez-vous : en Bretagne, en Champagne-Ardennes, en Franche-Comté, en Aquitaine, dans le Limousin, en Lorraine, dans les Pays de Loire, en Picardie et dans le Poitou-Charentes. Soit donc dans la majorité des régions de France.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/03/2009

Les socialistes veulent des états généraux de l'emploi et le remboursement des aides à Total

Des états généraux de l'emploi. « Et en urgence ! »

laurent logiou.JPGC'est ce que réclament les élus et les responsables havrais du parti socialiste. Dans un contexte marqué par une succession de « mauvaises nouvelles », la dernière en date étant les quelque 400 suppressions de postes chez Total en région havraise, le PS en appelle aux dirigeants de la Ville et de l'agglomération, au premier rang desquels le président de la communauté de l'agglomération havraise (Codah), Antoine Rufenacht. « L'emploi est la préoccupation principale des Havrais, estime Laurent Logiou. Or, ajoute-t-il, nous avons la sensation que le maire laisse passer les choses, qu'il fait la politique de l'autruche en attendant que le vent passe ».
Face à ce qu'il juge être « une léthargie béate », le PS veut dupliquer localement des propositions nationales qui n'ont pas trouvé écho. C'est le cas des aides publiques notamment que le PS veut conditionner. « Le Département n'a rien donné à Total depuis que nous sommes majoritaires », souligne Gérard Heuzé, conseiller général. « La Codah aide les entreprises, note Laurent Logiou. Or, quand elles gagnent de l'argent et se livrent, comme Total aujourd'hui, à des destructions d'emplois, il faut exiger que ces aides soient remboursées. »

48 millions d'euros d'aides des collectivités
Des aides publiques ? Le 16 décembre 2003, Total, alors en pleine préparation de son projet de construction de l'unité DHC - un investissement de l'ordre de 530
millions d'euros destiné à produire davantage de gazole - avait sollicité une aide de la Codah à hauteur de 30,7 millions d'euros. A l'époque, la décision avait été acceptée à trente-huit voix pour et neuf contre. Une semaine auparavant, c'est la Région, présidée par Alain Le Vern (PS), qui avait accordé une subvention de 4,5 millions d'euros. Le Département, quant à lui, avait apporté 12,8 millions d'euros au projet par une délibération du 17 novembre 2003, sous la présidence de Charles Revet (UMP).
Aujourd'hui, face aux investissements annoncés par Total (un milliard d'euros, dont 770 millions pour la raffinerie), les élus PS se montrent circonspects. Et Gérard Heuzé estime qu'Antoine Rufenacht doute lui aussi. « Sinon, dit-il, il n'aurait pas demandé un rendez-vous au patron de Total pour avoir des garanties. »

Source : Le Havre Libre. Photo d'archives mars 2008, campagne des municipales menée par Laurent Logiou.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

13/03/2009

Le Parti Radical de Gauche condamne aussi les "lancers d'oeufs"

hotel_de_ville_le_havre.jpgLa bafouille de la droite, parue dans le numéro de mars d'Océanes, le magazine de la ville du Havre, a fait réagir.

Baptisé "Et la démocratie, bon sang ?", le texte rédigé par la majorité attaque fort. Jugez-en un peu : le "triste spectacle mené par le Parti communiste et ses affiliés", mené par "100 personnes (pas plus !) hurlant des insanités, braillant dans un porte-voix ou dans un cône de changer (!), lançant des bouteilles d'eau à la tête des élus qui ne pensent pas comme eux, insultant ou même menaçant de mort les représentants du peuple." Le texte par également de "séances de brailleries", de "hordes sauvages", comparant les manifestants aux "régimes de terreur (qui) subsistaient encore en Europe".

Si le Parti communiste a bien entendu réagit assez mal à ce texte, le reste de la gauche semble soutenir la majorité municipale dans cette affaire. Avec un bémol, comme il se doit... Et surtout apporte quelques informations, manquantes dans le texte paru dans Océanes, sur les motifs de la colère des manifestants.

Le blog des Radicaux de gauche titre ainsi ce jour : "Le lancé d'oeufs va-t-il devenir une spécialité havraise ?" Le texte rappelle d'abord que les "habitants de la cité Chauvin qui venaient d'apprendre que la ville avait décidé de fermer l'école maternelle du quartier, avaient lancé des oeufs sur les élu-es... certains atteignant leur cible ! Actes évidemment condamnables : ce n'est pas par la violence qu'on fait avancer ses idées. Le Maire s'est donc indigné et a porté plainte, 4 manifestants comparaîtront en correctionnelle (!) le 24 mars." L'auteur du texte, Yves Bertrand, conseiller municipal au Havre, rappelle que ce n'est pas la première fois qu'une volée d'oeufs atteignait des élus. Ainsi, "lors de la campagne municipales de 2001, alliés avec les Verts, nous avions essuyé de telles giboulées", lancées par les chasseurs. A l'époque, le maire n'avait pas porté plainte. Pour quelle raison ? Le blog nous informe qu'au "moment de la publication de la liste de droite, la femme du Président des chasseurs y figurait !"

 

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Barack Obama en Normandie

Les présidents français et américain devraient se rendre ensemble cette année sur les plages du Débarquement.

La date n'est pas encore définitive. Deux possibilités : le 3 avril, à la veille du sommet de l'OTAN, ou le 6 juin, pour l'anniversaire du Débarquement. Dans tous les cas ce sera un double événement. D'abord parce qu'il s'agira des premiers pas d'Obama président sur nos terres, ensuite car ce sera la première rencontre des deux présidents depuis l'élection américaine.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |