Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2014

Décès de Francis Sénécal, vice-Président du Département de Seine-Maritime

ACTUALITE DEPARTEMENTALE

deces-de-francis-senecal-vice-president-du-departement.jpgLe Département a perdu l'un de ses vice-Présidents ce week-end.

Âgé de 64 ans, cet élu départemental occupait le poste de vice-Président depuis dix ans.

Francis Sénécal prévoyait de laisser sa place, souhaitant se détacher de ses responsabilités politiques, après avoir occupé depuis 1989 plusieurs autres postes dans le pays de Bray : maire de Critot, Conseiller Général et Président de Communauté de Commune. Au Département il était en charge de l'agriculture, de l’aménagement du territoire et de l’environnement. 

Nicolas Rouly indique que la Seine-Maritime "lui rendra hommage pour toutes ces années consacrées à la Seine-Maritime." Le Président du Département évoque en lui un ami, un "homme bienveillant, à la fois discret et chaleureux, (qui) savait être à l’écoute de chacun."

 

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/07/2014

Prix péages des ponts de Normandie et de Tancarville

Voici le prix des deux ponts, gérés par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Havre.DSC02324.JPG

(article mis à jour le 7 juillet 2014)

Pour les particuliers, le passage du Pont de Normandie s'établit à 5,40€. Quant à Tancarville, il faut débourser 2,50€ pour traverser la Seine sur le pont qui a fêté ses 50 ans en 2009.

Les tarifs appliqués depuis le 1er février 2013

Passage à l'unité du Pont de Normandie :

 - classe 1 (véhicule léger, hauteur inférieure ou égale à 2m, PTAC inférieur ou égal à 3,5T) : 5,40€

 - classe 2 (hauteur inférieure à 3m et supérieure à 2m, PTAC inférieur ou égal à 3,5T) : 6,20€

 - classe 3 (poids lourds et autocars à 2 essieux, hauteur supérieure ou égale à 3m, PTAC > 3,5T : 6,70€

 - classe 4 (poids lours et autocars à 3 essieux et plus) : 13,40€

 - piétons, cyclistes, motocyclistes : gratuit

Passage à l'unité du Pont de Tancarville :

 - classe 1 (véhicule léger, hauteur inférieure ou égale à 2m, PTAC inférieur ou égal à 3,5T) : 2,50€

 - classe 2 (hauteur inférieure à 3m et supérieure à 2m, PTAC inférieur ou égal à 3,5T) : 3,20€

 - classe 3 (poids lourds et autocars à 2 essieux, hauteur supérieure ou égale à 3m, PTAC > 3,5T : 3,80€

 - classe 4 (poids lours et autocars à 3 essieux et plus) : 6,50€

 - piétons, cyclistes, motocyclistes : gratuit

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

15/05/2013

Jeudi 16 mai 2013, Journée Départementale de la Réussite Educative

Demain se tiendra en présence de Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime et de Claudine Schmidt-Lainé, Recteur de l’Académie de Rouen, la Journée Départementale de la Réussite Educative.

téléchargement (15).jpgLe CRED 76, un dispositif unique en France

En phase avec l’objectif du Gouvernement de favoriser la mise en place de politiques de réussite éducative dans les territoires, le Département a souhaité faire un point d’étape sur le Contrat de Réussite Educative – CRED 76, mis en œuvre en Seine-Maritime depuis 2005.

Destinée aux principaux de collèges et aux enseignants, la Journée Départementale de la Réussite Educative aura 3 objectifs :

-       Interroger les itinéraires éducatifs mis en œuvre en Seine-Maritime, en écho aux travaux du Conseil National de la Réussite Educative, avec des chercheurs et enseignants porteurs de projets innovants en France et ailleurs, et avec des témoignages d’élèves ;

-       Proposer leur mise en perspective dans le cadre des réflexions nationales par des tables-rondes associant des personnalités de premier plan ;

-       Offrir un cadre d’échange entre enseignants et opérateurs de l’action éducative (structures culturelles, environnementales et citoyennes) au sein du Salon des itinéraires éducatifs, pour la préparation de l’année scolaire 2013-2014.

A cette occasion, l’édition 2013-2014 du Guide des itinéraires éducatifs pour les collégiens sera dévoilée. Il sera disponible sur www.seinemaritime.net et proposera plus de 250 parcours éducatifs « clés en mains », construits avec des acteurs de notre territoire, structures culturelles et éducatives, associations d'éducation populaire, associations jeunesse et environnementales, etc.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/01/2013

Pas de transport scolaire ce lundi en Seine-Maritime

1244956185.jpgEn raison des chutes de neige, les transports scolaires sont suspendus ce lundi 21 janvier 2013, sur l'ensemble de la Seine-Maritime ainsi que dans l'Eure.

Les véhicules de plus de 7,5 Tonnes sont également interdits de circulation sur le département, jusqu'à 11h00.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/10/2012

76actu, l'actualité de Seine-Maritime débarque en ligne

Les rédactions du Havre Infos et de Côté Rouen ont ouvert leur site d'actualité départementale.

Sans titre.png10/10 à 10h10... Actualité, Loisirs, Sports, enquêtes, reportages photos, dossiers tel que l'éolien en mer... Une actualité de qualité 100% gratuite online voit (enfin) le jour en Seine-Maritime aujourd'hui, avec une partie conséquente sur Le Havre, 3 journalistes du Havre Infos y oeuvrant.

Bienvenue donc à 76actu.fr, à qui nous souhaitons une longue vie !

Pour vous y rendre, cliquez ici...

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/07/2012

14 juillet sans alcool au Havre

Un arrêté préfectoral interdit l'achat au détail de boissons alcoolisés sur l'ensemble du département de la Seine-Maritime.

1050783793.jpgDepuis ce soir 20h00 et jusqu'à dimanche à 08h00, c'est ville sans alcool. Une décision qui pourrait être reportée lors des prochaines fêtes, la Préfecture souhaitant que sur son territoire les évènements festifs soient plus sages.

Rappelons que Le Havre est le premier port Européen pour les vins et spiritueux, puisqu'environ 800 millions de bouteilles y transitent annuellement. Bouteilles qui devront rester dans leurs conteneurs sous peine d'amendes pendant quelques heures.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/03/2012

Le MAGazine de l'Office de Tourisme du Havre 2012, à lire en ligne

Le Havre, in french, of course, or in english...

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/01/2012

Rencontre avec Laurent Logiou, pour Le Havre, terre d'avenir...

Couverture1.jpg

Ce mois de janvier, Laurent Logiou va présenter en deux dates son abécédaire politique.

Vice-président du Conseil régional de Haute-Normandie, conseiller municipal du Havre et candidat cette année à l'élection législative dans la 7ème Circonscription, Laurent Logiou est l'auteur de Le Havre, terre d'avenir... Livre dans lequel il partage ses réflexions sur de nombreux sujets de société et ses ambitions pour sa ville.

Il participera à une rencontre et dédicacera son ouvrage samedi 21 janvier 2012 de 16h à 18h à la librairie Les Yeux d'Elsa, 115 cours de la République au Havre.

D’autres séances de dédicaces sont prévues et notamment sur son stand au marché Thiers mercredi 18 janvier 2012 de 08h30 à 12h30 et au marché de l'université (champ de foire) le samedi 21 janvier de 08h30 à 12h00.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/01/2012

Du 25 au 31 janvier 2012, la place de cinéma à 3€

sortir, cinéma, sortir au havre, seine maritime, tous au cinémaLe Département lance sa 7ème édition de l’opération « Tous au cinéma », avec la place à 3€.

Du 25 au 31 janvier 2012, le Département de Seine-Maritime organise, en collaboration avec la Chambre Syndicale des Cinémas de Normandie, l’opération « Tous au cinéma en Seine-Maritime ! ». L’objectif du Département consiste à faciliter l’accès des Seinomarins au 7ème Art tout en soutenant l’emploi dans la filière inématographique locale.

Toutes les séances de cinéma seront accessibles au tarif unique de 3 € la place dans les salles participantes réparties sur tout le territoire seinomarin.

Au Havre, les salles participantes sont :

 - Le Studio,

 - Le Sirius,

 - Les Cinémas Gaumont Docks Vauban.

En parallèle, l'opération "Le cinéma pour les enfants malades" permettra d'apporter en milieu hospitalier le 7ème art.

Le partenariat avec l’association « Les Toiles Enchantées » se poursuit cette année encore. Des films à l’affiche seront ainsi projetés gratuitement dans 5 hôpitaux aux enfants malades. Le programme des films dans les hôpitaux :

- L’ADAPT Boucle de Seine (Elbeuf) diffusion de « Hollywoo », le 25 janvier à 20h00,

- IEM Colette Yver (Rouen) diffusion de « Happy Feet 3 », le 26 janvier à 13h30.

- IEM Denis Cordonnier (Le Havre) diffusion de « Happy Feet 3 », le 27 janvier à 13h30,

- IME la Parentèle (Montivilliers) diffusion de « Hugo Cabret », le 30 janvier à 13h30.

- IME le Château Blanc (Arques-la-Bataille) diffusion de « Hugo Cabret », e 31 janvier à 13h30.

En savoir plus et tenter de gagner une centaine de places par jour, jusqu'au 13 janvier : voir le site du Département...

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

05/12/2011

La Seine-Maritime vis-à-vis des handicapés : "exemplaire"

La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de la Seine-Maritime a été récompensée par le Prix régional de l’exemplarité 2011 dans la fonction publique.

LogoMDPH76.jpgCe prix est l’occasion de valoriser l’action du Département qui oeuvre au quotidien, par le biais de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées. La MDPH, située 13 rue Poret de Blosseville à Rouen, est un guichet unique pour toute personne en situation de handicap qui a besoin de faire reconnaître ses droits. Tout usager peut ainsi s’informer, déposer des demandes d’allocations, d’orientation, de reconnaissance de travailleur handicapé, de cartes, etc. 

En 2009, plus de 52 500 personnes ont contacté directement la MDPH, 17 000 personnes ont été reçues physiquement, 32 000 appels téléphoniques et 3 500 mails ont été traités.

L’emploi des personnes handicapées en Seine-Maritime

Depuis plusieurs années, l’insertion professionnelle des personnes handicapées constitue une priorité pour le Département de Seine-Maritime. Il met en place de nombreuses aides et dispositifs pour favoriser l'accès et le maintien dans l'emploi des personnes handicapées mais également favoriser leur intégration dans la société et leur faciliter la vie quotidienne. Le Département de Seine-Maritime est bien l’interlocuteur privilégié des personnes handicapées et de leur famille par le biais de la Maison Départementale des Personnes Handicapées et assure également le versement de la prestation de compensation.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

23/11/2011

Faire travailler 7 heures par semaine les bénéficiaires du RSA ? Pour le département, c'est "non !"

Nicolas Sarkozy a annoncé la mise en place d'ici à la fin de l'année d'une expérimentation concernant le Revenu de Solidarité Active (RSA) dans dix départements. Les bénéficiaires de cette aide auront pour obligation d'effectuer 7 heures de travail par semaine. Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime souhaite réagir.

1610760319.2.jpg« La Seine-Maritime n’est pas candidate à l’expérimentation lancée par N.Sarkozy qui n’a pour objectif que de monter à nouveau les Français les uns contre les autres.

En mai dernier, Laurent Wauquiez, au nom de son club « droite sociale » avait prôné de plafonner le RSA et de soumettre les bénéficiaires à 5h par semaine de service social pour lutter contre l’assistanat. Devant la dénonciation, dans son propre camp des chiffres erronés, cités en appui de ses mesures et devant le tollé soulevé dans l’opinion publique, il avait fait marche arrière. En août, c’était au tour du porte parole de l’UMP. La campagne de communication contre les pauvres était lancée.

En juin dernier, un rapport d’information parlementaire, prétexte du déplacement du Président de la République à Bordeaux, disait pouvoir évaluer à 20 milliards d’euros la fraude sociale, en France. Mais Mme Pécresse, appelée en renfort pour crédibiliser ces extrapolations, n’a pu qu’avouer son incapacité à confirmer ce chiffre. Peu importe la réalité des chiffres et les faits, le Président de la République, candidat à sa réélection est en campagne.

Rappelons quand même la réalité : 2 millions d’allocataires du RSA en juin 2011, qui ne gagnent en moyenne que 400€ par mois. Un taux de fraude du RSA constaté de 3,1%, soit un taux de RSA versé à bon escient de 96,9%. Cette fraude n’est pas détectée au hasard, au petit bonheur la chance, elle n’est pas le haut de l’iceberg, comme on souhaiterait nous le faire croire. Elle est l’iceberg, le fruit de plus de 62 millions d’opérations de contrôle sur place et sur pièces, qui permettent de récupérer l’ensemble des sommes « fraudées ». La fraude existe, il ne faut pas le nier. Mais elle est combattue avec efficacité et on n’a pas attendu les déclarations de M.Sarkozy pour faire des contrôles mais il faut le redire : elle est anecdotique. La fraude constatée est au maximum, toutes prestations confondues, de 1,36% du montant total des prestations versées. L’idée selon laquelle, la collectivité laisserait la fraude se généraliser est fausse. L’idée selon laquelle les bénéficiaires du RSA seraient majoritairement des tricheurs et des voleurs est fausse.

La fausse bonne idée selon laquelle il faudrait faire travailler gratuitement les bénéficiaires du RSA pour permettre aux bénéficiaires du smic de se sentir, en comparaison, plus riches est inadmissible et détestable. La dette publique de la France est de 1 693 milliards d’euros, le candidat Sarkozy, ne sauvera pas le pays avec des boîtes d’allumettes. Le pays attend des mesures pour remettre en marche le mécano économique, pour redynamiser le marché du travail et donner à chacun une chance de trouver un emploi (rémunéré). »

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

22/11/2011

Quel avenir pour la Seine-Maritime et pour ses habitants ? Restitution de la grande consultation des Seinomarins

Aujourd'hui a lieu à l'Hôtel du Département à Rouen la restitution aux habitants des résultats de la consultation réalisée par le Département de Seine-Maritime.

1750045209.jpgPlus d’un millier de personnes ont participé aux réunions publiques organisées sur tout le territoire et 8 142 personnes ont répondu au questionnaire via le magazine départemental ou le site Internet.

L’analyse des résultats permet de dresser un bilan partagé avec d’un côté des espoirs au regard de la richesse du patrimoine naturel et historique ou encore des entreprises innovantes et de l’autre des inquiétudes concernant notamment l’avenir des jeunes ou encore le chômage. Ces réflexions dégagent les grands axes pour engager un travail d’approfondissement pour relever les enjeux du vivre ensemble, de l’attractivité et de rayonnement de nos territoires.

Le projet de territoire : Seine-Maritime, imaginons 2020

A travers un questionnaire et 8 réunions publiques, le Département de Seine-Maritime a recueilli des idées et les attentes des habitants pour formuler les actions à mener dans les dix prochaines années. Les quatre rencontres inédites et  thématiques, « Les Fabriques de demain », organisées en octobre 2011, ont également permis de réfléchir aux défis à relever dans le cadre des politiques publiques pour favoriser un développement harmonieux de la Seine-Maritime.

Prochaines étapes du projet

Ce projet de territoire mené par le Département de Seine-Maritime est composé de plusieurs étapes. Il s’agit maintenant de faire le choix d’une stratégie partagée pour les 10 prochaines années. Prenant en compte les résultats issus de la grande consultation menée auprès des Seinomarins, les conseillers généraux continueront à animer le débat en interne comme en externe pour aller plus loin dans l’élaboration d’un scénario partagé pour les 10 prochaines années. Ainsi, dès la fin de l’année 2011, un vote en Assemblée Plénière permettra de décider du projet de territoire, véritable feuille de route politique.

De janvier à juin 2012 : déclinaison en actions concrètes

Après avoir identifié une stratégie partagée, il conviendra d’identifier les porteurs d’action qui assureront la maîtrise d’ouvrage ou la coordination d’acteurs. Chaque action devra être évaluable, ses finalités, ses modalités de suivi et de contrôle déterminées. Les cadres d’interventions sectoriels du Département seront révisés pour constituer les outils de mise en oeuvre du Projet de territoire. Il s’agit de fixer qui fait quoi et comment, en phrasant les actions et en précisant leurs modes d’évaluation et de suivi. Des instances de pilotage réunissant des acteurs représentatifs de la concertation engagée veilleront au respect des engagements et à l’avancement des travaux de mise en oeuvre.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/09/2011

Les anti-EPR invités au débat sur le nucléaire en Seine-Maritime

La Commission Locale d'Information auprès des centrales Nucléaires de Paluel et de Penly (CLIN) accueille en son sein l'association "Stop EPR, ni à Penly, ni ailleurs".

01.jpgLa CLIN, animée par le Département et présidée par Serge Boulanger, exerce une mission de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement.

Alors que le Gouvernement semble envisager le lancement rapide de l’enquête publique relative à la demande d’autorisation de création du projet EPR Penly 3, Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime rappelle qu’il signera l’arrêté élargissant les compétences de la CLIN à l’EPR prochainement.

Dans le souci de permettre un débat contradictoire serein, et comme il s’y était engagé dès janvier dernier, il a aussi proposé à l’association "Stop EPR, ni à Penly, ni ailleurs" de siéger au sein de la CLIN. La composition de la commission reflète en effet l’ensemble des forces vives, élus locaux, associations environnementales, syndicats et personnalités qualifiées.

« Le Département est particulièrement attentif au développement des capacités d’analyse etStopEPR-PENLY-01.jpg d’information sur la question nucléaire, précise Didier Marie. L’enjeu de la transparence est d’autant plus fort aujourd’hui qu’EDF présente l’évaluation complémentaire de sûreté de ces centrales, audit demandé suite à la catastrophe de Fukushima. Nous resterons attentifs quant à la qualité de l’information diffusée au grand public suite aux conclusions de l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Les débats de la CLIN devront permettre d’éclairer les réflexions de celles et eux qui souhaiteront s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique. Je rappelle par ailleurs mon attachement au développement de la filière des énergies renouvelables en Seine-Maritime. Le tissu industriel local, et notamment de nombreuses PME, ainsi que les collectivités locales sont fortement mobilisés sur l’ensemble de ces questions essentielles pour l’avenir de notre territoire» a indiqué le Président du Département de Seine-Maritime.

Photo Netoyens.info.

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

23/09/2011

Les "emprunts toxiques" mettent-ils en danger la Seine-Maritime ?

Libération a publié le 21 septembre un fichier dit des "emprunts toxiques" Dexia, où figure le Département de Seine-Maritime, mais également plusieurs communes dont Le Havre.

emprunts toxiques, le havre, montivilliers, harfleur, notre dame de gravenchon, seine maritime, 76, didier marieCe sont quelques 5 500 collectivités qui seraient concernées par les emprunts toxiques de la banque Dexion Crédit Local (DCL). Le Département de Seine-Maritime a dores et déjà démenti être concerné, indiquant que Dexia détient aujourd'hui deux encours : le premier, d'un montant de près de 220 millions d'euros, sous forme d'emprunt classique et le second, de plus de 130 millions d'euros, sous forme d'emprunts revolving. Aucun emprunt ne serait "toxique".

Le Havre, Harfleur et Montivilliers auraient, selon cette même information, souscrit des emprunts "toxiques". La palme de la toxicité serait attribuable, dans le département, à Notre Dame de Gravenchon, où le surcoût représenterait, selon cette même source, plus de 57% du montant de l'emprunt.

A retrouver en ligne : Le point de Libération sur l'article original...

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

21/09/2011

Hausse du prix des transports scolaires : le PCF seinomarin attaque également

Le Parti Communiste Français s'en prend au Président du Département de Seine-Maritime, suite à l'augmentation du prix des transports scolaires.

lavis-jeunes-communistes-seine-maritime-sur-q-L-1.jpegDans une lettre ouverte à Didier Marie, le PCF soutient que "Lors de la séance du 28 juin du conseil général, [les élus PS ont] décidé unilatéralement d’augmenter les tarifs des transports scolaires de 100 à 430%, en invoquant son coût (46 M. d’euros) et les difficultés budgétaires que rencontre le département face au désengagement réel et incontesté de l’Etat. Ces augmentations sont disproportionnées et injustifiées, elles pénalisent directement les familles notamment les plus modestes et les plus fragiles."

Une position ferme, bien que le parti, ainsi que l'indique le NPA (voir article), siège aux côtés du PS et n'ait pas voté contre cette décision départementale.

Les communistes poursuivent en indiquant que "d’autres choix sont possibles, c’est une question de volonté politique ! Nous, parents d’élèves, ne sommes pas responsables de l’étranglement financier des collectivités territoriales, il serait trop facile de faire subir aux familles, les conséquences désastreuses de la politique menée par le gouvernement en matière fiscale. Ce gouvernement mène une politique dévastatrice en matière d’éducation, il supprime des classes, ferme nos écoles, nos collèges et nous oblige à envoyer nos enfants à des kilomètres de leur lieu de résidence, notamment en milieu rural et semi-urbain, de ce fait, ces augmentations de tarifs pénalisent davantage les familles."

Pour conclure, le parti demande "de renoncer à ces augmentations et de réunir tous les acteurs du Conseil Départemental de l’Education Nationale (élus, parents, enseignants, associations complémentaires, ...) pour évoquer ensemble les solutions alternatives, comme nous l’avons fait, pour la carte scolaire afin d’éviter de grever à nouveau le pouvoir d’achat des familles de Seine Maritime."

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |