04/10/2011

Contrôles de police à l'entrée du restaurant universitaire

L'Unef s'insurge sur les contrôles de papiers qui ont été réalisés à l'entrée du restaurant universitaire hier au Havre.

unef,le havre,unef haute normandie,étudiants,union des étudiants de france,police,contrôles de policeA compter de demain, le syndicat étudiant distribuera un tract (disponible ici), dénonçant "le racisme d'Etat". Voici le Communiqué, reçu ce jour, d'Erwan Lehoux, référent Haute-Normandie de l'Union Nationale des Etudiants de France : "Ce lundi 3 octobre, vers midi, les étudiants havrais qui attendaient pour déjeuner au restaurant universitaire ont eu une grande et mauvaise surprise. En effet, la police effectuait des contrôles d’identité, manifestement orientés au faciès, dans l'objectif manifeste d'arrêter des étudiants sans-papiers. Choqués, des professeurs et des étudiants se sont interposés pour faire cesser cette scène scandaleuse. Si la solidarité a payé car aucun étudiant n’a finalement été interpellé, la police a d'ores et déjà annoncé qu’elle reviendrait.

L’Unef, le syndicat des étudiants, condamne ces pratiques qui, loin d'être isolées, participent malheureusement d’une politique globale de stigmatisation de certaines catégories de français et de chasse aux sans-papiers. Comme toujours en cas de crise, il s'agit de détourner l’attention des français des vrais problèmes, à savoir une politique d'austérité injuste, qui fait payer la crise à ceux qui la subissent déjà le plus. Détourner l'attention, et même pire : désigner de faux responsables, l'étranger étant toujours le premier accusé en cas de difficultés économiques. Ainsi, en divisant la population, le gouvernement évite une mobilisation large contre les responsables de la crise économique.

Plus fondamentalement, l'Unef se voit contrainte de rappeler qu’il n’existe pas de couleur de peau pour être français. Il est inadmissible que certains citoyens soient plus contrôlés que d’autres et que des travailleurs ou étudiants vivent la peur au ventre du contrôle. Il faut fermement rejeter les manœuvres de « diviser pour mieux régner » du gouvernement, et déconstruire le discours négatif et erroné qui entoure l’immigration.

En outre, l'Unef rappelle que l’éducation ne doit pas être un privilège mais un droit ; un droit accessible à tous, français ou non, fils de cadre ou d’ouvrier… L’excellence ne passe pas par la sélection mais par une réelle démocratisation de l’enseignement supérieure.

Déjà l’année dernière, des mobilisations de soutient avaient eu lieu contre l’arrestation d’un étudiant sans-papier, faisant ainsi reculer la préfecture. L’Unef réaffirme qu'elle ne tolèrera pas qu'un étudiant soit reconduit à la frontière, cette année pas plus que l'année dernière.

Face à cette politique d'expulsion, l'Unef invite les étudiants sans-papiers à la contacter pour faire un point sur leur situation et les aider dans leurs démarches auprès de la préfecture. Par ailleurs, l'Unef demande à la Présidence de l’Université du Havre de se prononcer clairement et rapidement sur ses évènements qui ne peuvent qu’être condamnés. Comme ce midi, L'Unef en appelle à la solidarité et à la mobilisation de tous les citoyens afin d'éviter toute interpellation de sans-papiers."

Écrit par Alexandre Cauchois | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Parce qu'il est possible de pouvoir étudier en France pour un étranger sans être en règle administrativement !?
Les vrais problèmes dites vous..quoi que certains en disent , l'immigration illégale en est un !

Écrit par : Et pourquoi pas. | 05/10/2011

l'UNEF protége le non-droit comme DSK le manque de respect

Écrit par : Jean THOUMYRE | 07/10/2011

Écrire un commentaire